crťer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Grands Prix
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par Noir Firebird
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
good news everyone !
e m
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Boilet

Bandes Dessin√©es : auteurs, s√©ries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1

SydN, 08.10.2010 à 10:52333733
Thierry :
Relecture de cet album cor√©alis√© avec Benoit Peeters, dans lequel ils explorent une rencontre sous le signe des co√Įncidences. Il y a un vrai travail sur le medium, qui joue sur la sym√©trie des trajectoires de leurs 2 protagonistes. Si le r√©sultat reste un peu l√©ger, l'id√©e reste vraiment int√©ressante.


tu as lu l'original ou la version 2.0 ?

Thierry, 07.10.2010 à 10:39333719
Relecture de cet album cor√©alis√© avec Benoit Peeters, dans lequel ils explorent une rencontre sous le signe des co√Įncidences. Il y a un vrai travail sur le medium, qui joue sur la sym√©trie des trajectoires de leurs 2 protagonistes. Si le r√©sultat reste un peu l√©ger, l'id√©e reste vraiment int√©ressante.

chrisB, 04.08.2005 à 10:08213498
Idem que toi (avis plus bas dans le meme sujet), j'ai nettement preferré Mariko Parade (qui n'est pas exceptionnel non plus).

crepp, 04.08.2005 à 10:03213496
premi√®re lecture d'un album de Fr√©d√©ric Boilet. Histoire entre l'auteur et une jeune femme. Elle attend quelqu'un, leur rencontre ne sera donc s√Ľrement qu'une "parenth√®se". Vous le saurez en lisant l'album.
"L’épinard de Yukiko" est une histoire d'amour. Mais voilà, de ma lecture (hier après midi) il ne me reste déjà rien. C'est peut être une histoire d'amour, mais je n'ai reçu ni plaisir, ni désir, ni envie, ni larme, ni tension,..., en somme aucune émotion n'est passé pendant et après la lecture: Le Vide (ce qui explique ma note).
Maintenant j'ai du mal à dire le pourquoi. Je suis loin de détester le travail graphique de Frédéric Boilet, mais je trouve que rien n'y passe (seul le passage du photomaton passe). C'est froid. Ce qui m'a le plus gêné, c'est cette manière de découper en scènette, normalement mis bout à bout cela devrait renforcer les sentiments. Mais ici, ça coupe à chaque moment mon intérêt, le pire étant les passages de dialogues japonais.
La description d'une histoire d'amour doit me bouleverser, quand elle me laisse de marbre comme ça, c'est donc une lecture très décevante.

Manu Temj, 27.07.2005 à 12:28212444
Les plus attentifs auront remarqué que mon pseudo a à voir avec Tokyo est Mon Jardin... :o)

Je conseille donc plus que vivement cet album tout en douceur et en ma√ģtrise des sentiments.

MR_Claude, 27.07.2005 à 12:20212442
chrisB :

Il peut se lire sans avoir lu le ?


oui oui, c'est mon cas d'ailleurs (non, j'ai pas dit que je pouvais être lu)

dampremy jack, 27.07.2005 à 12:17212439
Finalement, il est jamais aussi bon que quand il fait de l'érotique je trouve

chrisB, 27.07.2005 à 12:17212438
MR_Claude :
Tokyo est mon jardin est vraiment pas mal


Il peut se lire sans avoir lu le ?

MR_Claude, 27.07.2005 à 12:14212436
Tokyo est mon jardin est vraiment pas mal

chrisB, 27.07.2005 à 12:12212435
dampremy jack :
Mariko c'est une déclinaison de l'Epinard. Les deux tiennent assez bien la route à mon sens. Par contre 3615 Alexia, j'ai trouvé très moyen sur le dessin et bien bidon sur le scénar'. Par encore lu ceux avec Peeters mais ça ne me tente pas vraiment...


Moi je trouve au contraire que cet album degage un charme particulier (eu dela des ficelles scénaristiques qui velent ce qu'elles valent), de loin mon meilleur Boilet à ce jour. Je n'ai pas lu ceux avec Peeters mais, comme toi, ca ne me tente pas pour le moment.

chrisB, 27.07.2005 à 12:10212433
MR_Claude :
le dessin est, pour une grande partie, de Kan Takahama


Ah ? c'est pour ca que je trouvais qu'il passait un peu mieux :o)

dampremy jack, 27.07.2005 à 12:09212432
Mariko c'est une déclinaison de l'Epinard. Les deux tiennent assez bien la route à mon sens. Par contre 3615 Alexia, j'ai trouvé très moyen sur le dessin et bien bidon sur le scénar'. Par encore lu ceux avec Peeters mais ça ne me tente pas vraiment...

MR_Claude, 27.07.2005 à 12:06212431
le dessin est, pour une grande partie, de Kan Takahama

chrisB, 27.07.2005 à 12:01212428
j'ai moi aussi preferé celui ci à l'Epinard de Yukiko. Je suis toujours pas fan fan du dessin mais il passe beaucoup mieux ici. voila un petit 3* de derriere les fagots.

Thierry, 26.07.2005 à 11:12212191
Personnellement, je prefere aussi "Tokyo est mon jardin". C'est aussi le premier Boilet que j'ai lu. "Love Hotel" est plus convenu.
"Demi-tour", moins connu et assez en marge de sa production, est aussi tres interessants. Il repose sur une rencontre un soir et joue sur le principe narratif du palindrome. Un bel exercice de style signe Peeters.
"36 15 Alexia" est surtout interessant d'un point de vue hsitorique. Comme le dit Daiboken, un album fondateur mais pas fondalement le meilleur.
"Mariko Parade" et "L'Epinard de Yukiko", ben oui, c'est toujours un peu la meme chose: une declinaison de themes connus qui agace ceux qui n'adherent pas et satisfait tout-a-fait ceux qui adherent. Je fais plutoit partie de la deuxieme categorie.

daiboken, 26.07.2005 à 11:01212188
Celui que je préfère c'est Tokyo est mon jardin, la "suite" de Love hotel que j'aime beaucoup moins.

Mais à propos de Boilet et de ses albums situés au Japon, je pense que mon expérience personnelle doit quelque peu influer sur mon jugement.

"3615 Alexia" me parle beaucoup moins, m√™me si c'est vraiment l'album fondateur de la mani√®re Boilet et que tout ce qu'il fait depuis est de l'ordre de la d√©clinaison. Certains voient dans ces d√©clinaisons un appauvrissement. Moi pas. J'y vois plut√īt un auteur qui explore son sillon et qui peu √† peu parvient √† atteindre une l√©g√®ret√© (jusqu'√† l'√©vanescence diront certains) qui est vraiment au coeur de son travail.
"La profondeur, c'est la peau", écrivait le grand Friedrich...

Nadine Heaumouc, 26.07.2005 à 10:48212179
Mon libraire qui a tout lu me dit que le meilleur reste Love hotel.
Quelqu'un confirme ??

chrisB, 26.07.2005 à 10:41212173
Et 3615 Alexia est vraiment un bel album

daiboken, 26.07.2005 à 10:38212171
Cobalt 60 :
Perso, j'ai pr√©f√©r√© "Mariko Parade" √† l'"Epinard". Mais de toute fa√ßon le "dessin" de Boilet a toujours eu le don de m'√©nerver… et ses histoires aussi depuis qu'il bosse seul.


Mais sur Mariko parade, il ne bosse pas seul, hein... :)

Cobalt 60, 26.07.2005 à 10:34212170
Perso, j'ai préféré "Mariko Parade" à l'"Epinard". Mais de toute façon le "dessin" de Boilet a toujours eu le don de m'énerver… et ses histoires aussi depuis qu'il bosse seul.

chrisB, 25.07.2005 à 23:07212106
Mariko parade je voulais le lire demain...je vais peut etre intercaler un truc entre :o)

Nadine Heaumouc, 25.07.2005 à 23:04212102
Oui mais c'est quand même mieux que Mariko parade non ?
L'épinard se laisse lire, sans être énervant. La chronique est réaliste, y'a pas vraiment de poésie mais de la légèreté utilisée à bon escient.

chrisB, 25.07.2005 à 22:56212099
oulala j'ai pas accroché mais alors vraiment moyen. Ca se lit bien, le probleme n'est pas la, c'est beau quoique le rendu un peu photo ca ne me plait pas, mais alors la poésie du truc m'est passée à 2km au dessus de la tete. la grosse deception de la semaine. 2*

chrisB, 28.06.2005 à 10:31208834
Mon premier Boilet...Superbe mise en scène, belle histoire très bien racontée, un dessin (et des couleurs) qui m'a captivé. du tout bon. 4*


Sinon il y a pas à chier, la couv d'Ego comme X a tout de même plus de classe...d'ailleurs les cases ou l'auteur prete la bd à la fille dans le train ont elles été retouchées pour correspondre à l'actuelle couv ou c'est la nouvelle couv qui a été choisie pour coller à l'histoire ? (et enfoncer l'effet mirroir du livre)

yancomix, 25.06.2004 à 19:45161873
>> La vache!!! C'est vraiment bien vu!!! Le parallèele est remarquable de pertinence. Les deux se regardent "créer" et n'ont rien à dire.

Là, question pertinence par contre… :/

malo, 25.06.2004 à 16:51161822
>> >> Chez un ami je suis tombé sur une histoire réalisée pour le numéro 8 d'"Ego comme x". Frederique B se fait sucer par une japonaise.

>> Le septième art a Vincent Gallo.
>> Le neuvième a Frederic Boilet.
>> :o)

La vache!!! Weissengel, c'est vraiment bien vu!!! Le parallèele est remarquable de pertinence. Les deux se regardent "créer" et n'ont rien à dire.

Guewan, 24.06.2004 à 22:04161552
>> en general, j'aime beaucoup Boilet (en particulier "Tokyo est mon jardin". J'ai feuillette la reedition de "36-15 Alexia " mais a priori, il ne m'attire pas. Est-ce qu'il vaut la peine et ne presente d'interet que pour etre exhaustif ?

J'ai préféré Tokyo est mon jardin et 3615 Alexia à l'Epinard ou à Mariko.. Mais comme Gilles, je ne fais pas de remboursement. :)

daiboken, 24.06.2004 à 12:05161323
>> Maintenant, pour la BD, ça ne marche pas pareil, je pense. Parce que la forme de ne limite pas eu dessin, mais se niche également dans le découpage, la façon de mettre en scène, la façon d'orienter les cases ou encore la manière d'organiser son histoire.

Ben oui, ça me parait évident.
Mais je ne vois pas en quoi ça change la portée de mon propos.

>> Chez Boilet je trouve que l'évolution est trop visuelle et que cela prend le pas sur le reste de ces éléments formels.
>> Et de manière concommitante, sa maestria graphique est trop flagrante face au relatif immobilisme de son propos de fond pour que je n'y constate pas un décalage.

Oui, je comprends mieux ton point de vue.
Bien que je ne le partage toujours pas.

>> Enfin, tu m'as donné envie de relire les bouquins de Boilet, parce que ça commence un peu à dater. Un avis plus frais ne ferait pas de mal.
>> J'essayerai de faire ça dans la semaine.

Ben, comme j'ai dit précédemment, il me semble important si possible de les reprendre dans l'ordre chronologique à partir de "3615 Alexia".

Noir Firebird, 24.06.2004 à 12:02161320
>>Mais bon, il me semble me souvenir que tu n'es pas non plus un grand admirateur des films de WKW.

Non, mais je me soigne. :))

Et puis j'aime beaucoup Almodovar (enfin, ce que j'en ai vu), cinéaste qui excelle à fusionner fond et forme.
Preuve que je ne suis pas totalement hermétique. :))
Maintenant, pour la BD, ça ne marche pas pareil, je pense. Parce que la forme de ne limite pas eu dessin, mais se niche également dans le découpage, la façon de mettre en scène, la façon d'orienter les cases ou encore la manière d'organiser son histoire.

Chez Boilet je trouve que l'évolution est trop visuelle et que cela prend le pas sur le reste de ces éléments formels.
Et de manière concommitante, sa maestria graphique est trop flagrante face au relatif immobilisme de son propos de fond pour que je n'y constate pas un décalage.

Enfin, tu m'as donné envie de relire les bouquins de Boilet, parce que ça commence un peu à dater. Un avis plus frais ne ferait pas de mal.
J'essayerai de faire ça dans la semaine.

daiboken, 24.06.2004 à 11:58161316
>> >> Wong Kar-Wai au cinéma
>> Tu veux dire Oscar Wilde ? :)

Je me doute que je passe √† c√īt√© de quelque chose, mais quel est le sens cach√© de cette allusion ???

Gilles, 24.06.2004 à 11:50161307
>> Wong Kar-Wai au cinéma
Tu veux dire Oscar Wilde ? :)

daiboken, 24.06.2004 à 11:49161304
>> Il y a certains auteurs dont je trouve l'évolution graphique réjouissante mais dont le propos perd en force.
>> Et le contraire est vrai aussi.
>> On peut lier les 2, mais pas forcément.

Mais dans le cas d'un Boilet, les deux me paraissent indissociables. Et c'est vraiment pour ça que je remonte jusqu'à "3615 Alexia" en passant par tous ses albums ultérieurs, parce qu'on y voit clairement que l'évolution et les parti-pris graphiques sont indissociablement liés au propos développé par l'auteur, à sa manière de creuser son sillon en se renouvelant.
C'est comme pour un Wong Kar-Wai au cinéma, le fond et la forme fusonnent et se nourrissent l'un l'autre et n'ont de sens que s'ils sont appréhendés dans un même mouvement.
Mais bon, il me semble me souvenir que tu n'es pas non plus un grand admirateur des films de WKW.

Noir Firebird, 24.06.2004 à 11:41161295
>>Je suis étonné que tu ne lies pas cette évolution graphique au propos de l'auteur et à sa manière de renouveler les thèmes qu'il aborde...

Il y a certains auteurs dont je trouve l'évolution graphique réjouissante mais dont le propos perd en force.
Et le contraire est vrai aussi.

On peut lier les 2, mais pas forcément.

>>
Pourtant, tu parlais bien de réaction sensitive, non?

Oui mais une évolution graphique ne me suffit pas. Sinon je lirais encore Coq de Combat par exemple.

daiboken, 24.06.2004 à 11:34161289
>> Quand à la faute de français, on va pas en faire tout un plat non plus, hein. ^^

Non, bien entendu.
Mais ça m'énerve de voir si souvent "emprunt" utilisé à la place de "empreint".
Je ne peux pas m'empêcher de le faire remarquer.

>> Ha j'ai tout de m√™me oubli√© de souligner que Boilet a atteint avec Mariko Parade une v√©ritable maestria graphique. De ce c√īt√© l√†, l'√©volution est flagrante.

Je suis étonné que tu ne lies pas cette évolution graphique au propos de l'auteur et à sa manière de renouveler les thèmes qu'il aborde...
Pourtant, tu parlais bien de réaction sensitive, non?

Noir Firebird, 24.06.2004 à 11:29161287
Ah, un petit complément.

>>on voit clairement la capacité de creuser son sillon en se renouvelant avec talent.

J'y vois la volonté. Mais pas la capacité.

Noir Firebird, 24.06.2004 à 11:25161282
Quand avec un t.

Noir Firebird, 24.06.2004 à 11:24161280
>>J''ai écrit "empreint" (du verbe "empreindre" - qui porte l'empreinte de) de justesse et pas "emprunt".
Ne me colle pas une faute de français que je ne fais pas.
De plus, je n'ai pas écrit "quelques" mais "une infinité". Ne réécris pas mon texte en en modifiant radicalement le sens, stp.

Sorry :)))
Quand à la faute de français, on va pas en faire tout un plat non plus, hein. ^^

>> >> Ce n'est bien sur que mon avis. :))

>>Le mien est radicalement différent.

Je sais. Comme d'hab'. C'est pas la fin du monde non plus. :))

Ha j'ai tout de m√™me oubli√© de souligner que Boilet a atteint avec Mariko Parade une v√©ritable maestria graphique. De ce c√īt√© l√†, l'√©volution est flagrante.

daiboken, 24.06.2004 à 11:15161276
>> Si tu relis ce que j'ai dit, je n'ai absolument pas dit que ses albums étaient nombrilistes,...

Ok.

>>...mais que c'était sa volonté de voir un "one-sided world" de la BD et que cette démarche appliquée à ses scénarios, qu'elle soit là par une volonté de cohérence ou autre chose lui nuit clairement car il n'est pas quelqu'un qui a la capacité de se renouveler avec talent.

Je pense que, comme je l'ai écrit plus bas, si tu examines l'évolution de sa démarche depuis "3615 Alexia" et ses constantes recherches de collaborations, on voit clairement la capacité de creuser son sillon en se renouvelant avec talent.
Moi, je la vois, en tout cas.

>> Les "quelques petits détails emprunts de justesse" comme tu dis ne me suffisent clairement pas.

J''ai écrit "empreint" (du verbe "empreindre" - qui porte l'empreinte de) de justesse et pas "emprunt".
Ne me colle pas une faute de français que je ne fais pas.
De plus, je n'ai pas écrit "quelques" mais "une infinité". Ne réécris pas mon texte en en modifiant radicalement le sens, stp.

>> >>On sent chez lui une réelle attention à l'autre qui éloigne son propos du nombrilisme que tu y vois. Et puis, tu connais des tas d'auteurs nombrilistes qui privilégient les rencontres à chaque album

>> Tu as mal compris ce que je voulais dire.

Pour autant, ce que j'ai écrit me semble tout de même très pertinent en regard de ta position face aux derniers albums de Boilet.

>> Ca pourrait ne pas être un problème de thèmes, car certains auteurs savent traiter toujours les mêmes thèmes (et ça ne me dérange absolument pas) avec une capacité de renouvellement qui dépasse l'entendement. Mais malheureusement, ici, c'est le cas: sous un prétexte de variation sur l'idée de mélange entre réel et imaginaire (sa propre mise en scène et l'altération des frontières entre son art et sa propre vie), Boilet nous sort deux copies. De belles copies, certes, mais dont je ne vois absolument pas l'intérêt. J'ai la mauvaise impression qu'il ne sait orienter sa narration que dans une seule direction et qu'il n'est pas armé pour une réecriture constante de son oeuvre.

>> Ce n'est bien sur que mon avis. :))

Le mien est radicalement différent.

Gilles, 24.06.2004 à 11:14161275
Personnellement, je trouve que c'est un bon album. En plus la réédition d'ego est plus joli que la vieille version des humanos. Si tu avais dit que ton album préféré est L'épinard de Yukiko ou Mariko Parade, je te le recommanderais pas mais comme je le trouve plus proche de "Tokyo est mon jardin", je pense que tu devrais essayer. Conseil non contractuel, je ne rembourse pas en cas de déception. :)

Thierry, 24.06.2004 à 11:05161267
en general, j'aime beaucoup Boilet (en particulier "Tokyo est mon jardin". J'ai feuillette la reedition de "36-15 Alexia " mais a priori, il ne m'attire pas. Est-ce qu'il vaut la peine et ne presente d'interet que pour etre exhaustif ?

Gilles, 24.06.2004 à 10:56161265
Juste pour dire que j'aime beaucoup ce que fait Boilet.

D'ailleurs, je me demandais si on ne peut pas le considérer comme l'un des pionniers de la BD d'inspiration autobiographique moderne avec l'album 36-15 Alexia sorti en 1990. J'ai en effet entendu Loic Néhou, l'un des fondateurs d'ego comme X, dire que sa rencontre avec Boilet (il a été son prof aux Beaux-Arts d'Angoulême) et "36-15 Alexia" avait profondèment marqué sa perception de la BD. Cela a probablement compté dans la création d'ego et d'ailleurs la réédition de 36-15 Alexia chez ego est un hommage appuyé de Néhou à Boilet. (voir l'interview sur BDnews.net)

Noir Firebird, 24.06.2004 à 10:54161264
>>mais je ne vois pas en quoi dans ces albums il peut être taxé de nombrilisme

Si tu relis ce que j'ai dit, je n'ai absolument pas dit que ses albums étaient nombrilistes, mais que c'était sa volonté de voir un "one-sided world" de la BD et que cette démarche appliquée à ses scénarios, qu'elle soit là par une volonté de cohérence ou autre chose lui nuit clairement car il n'est pas quelqu'un qui a la capacité de se renouveler avec talent.
L'Epinard et Mariko Parade sont pour moi la preuve d'un manque flagrant d'imagination car bien trop similaires. Les "quelques petits détails emprunts de justesse" comme tu dis ne me suffisent clairement pas.

>>On sent chez lui une réelle attention à l'autre qui éloigne son propos du nombrilisme que tu y vois.

Tu as mal compris ce que je voulais dire.

>>Et puis, tu connais des tas d'auteurs nombrilistes qui privilégient les rencontres à chaque album

Again.

>>Mais évidemment, si on préfère voir son oeuvre à travers le prisme déformant et irritant de ses positions sans concessions sur le monde de la bande dessinée..

Encore une fois, j'aime beucoup Boilet en tant qu'artiste, m√™me si je suis clairement irrit√© par ses prises de positions que je trouve hors de propos. Je suis pourtant largement capable de mettre cette aversion de c√īt√©, sinon je n'aurais jamais achet√© les albums de Boilet. Et je ne les aurais jamais aim√©.
Mais ce qui m'a g√™n√© en comparant Mariko Parade et L'epinard ne vient absolument pas de l√†. Ou plut√īt, ma mauvaise impression ne vient pas de l√†, ses raisons sont purement sensitives. Simplement comme je l'ai d√©j√† dit, si ces deux albums pris √† part sont excellents, lorsqu'on les met bout √† bout, on ne sent pas une continuit√© mais une stagnation.

Ca pourrait ne pas être un problème de thèmes, car certains auteurs savent traiter toujours les mêmes thèmes (et ça ne me dérange absolument pas) avec une capacité de renouvellement qui dépasse l'entendement. Mais malheureusement, ici, c'est le cas: sous un prétexte de variation sur l'idée de mélange entre réel et imaginaire (sa propre mise en scène et l'altération des frontières entre son art et sa propre vie), Boilet nous sort deux copies. De belles copies, certes, mais dont je ne vois absolument pas l'intérêt. J'ai la mauvaise impression qu'il ne sait orienter sa narration que dans une seule direction et qu'il n'est pas armé pour une réecriture constante de son oeuvre.

Ce n'est bien sur que mon avis. :))

Weissengel, 24.06.2004 à 9:54161241
>> Chez un ami je suis tombé sur une histoire réalisée pour le numéro 8 d'"Ego comme x". Frederique B se fait sucer par une japonaise.

Le septième art a Vincent Gallo.
Le neuvième a Frederic Boilet.
:o)

daiboken, 24.06.2004 à 9:15161228
>> En France, c'est OK, Ego Comme X l'a fait! :)

D'ailleurs, la pr√©publication de "L'√©pinard de Yukiko" au Japon (dans le cadre d'un magazine de cours de fran√ßais) avait laiss√© de c√īt√© toutes les sc√®nes chaudes.
Avant de les intégrer dans l'édition en album (identique à celle qu'on connait chez Ego comme X).

Les planches publiées dans Ego comme x 8 ont sans doute l'intérêt que tu leur trouves, Yancomix, mais comme ça, séparées du corps de l'album (et lisible par quelqu'un qui ne connaitrait pas l'album), ça me semble tout de même un peu léger.
Comme l'était la courte histoire publiée dans Bang!
Je crois qu'il faut y voir avant tout des exercices de style rempli d'un humour non dénué d'autodérision. Boilet joue avec malice avec son personnage et les "attentes" du lecteur.
Certes, c'est un peu vain, mais bon, l'essentiel n'est pas là.

Sinon, pour √©valuer la d√©marche de Boilet, il me semble important de voir son √©volution depuis "3615 Alexia", puis dans ses albums "japonais" (Love hotel, T√īky√ī est mon jardin, L'√©pnard de Yukiko et Mariko parade).
Tant au niveau scénaristique que graphique, cette évolution me semble afficher une très belle cohérence, pleine de sens. Très loin de l'impasse dans laquelle Noir Firebird semble la confiner, complètement à tort selon moi.

Boilet ne cache pas sa volonté de mettre en scène des moments qui relèvent de l'intime, mais je ne vois pas en quoi dans ces albums il peut être taxé de nombrilisme. En effet, rares sont les auteurs qui m'ont autant donné l'impression de tenter de comprendre le monde qui les entoure, pas au travers de grands messages à portée sociologisante mais bien au travers d'une infinité de petits détails empreints d'une justesse qui fait mouche.
Boilet parle du Japon et des japonaise avec une acuité vraiment impressionnante (et en "pratiquant convaincu" :)))je sais de quoi je parle) que ce soit dans les attitudes, les gestuelles, les regards,... On sent chez lui une réelle attention à l'autre qui éloigne son propos du nombrilisme que tu y vois.
Et puis, tu connais des tas d'auteurs nombrilistes qui privilégient les rencontres à chaque album (les couleurs de Guibert sur Demi-tour, les interventions d'auteurs japonais dans L'épinard de Yukiko, l'essentiel de l'album par Takahama dans Mariko parade)?
Ces collaborations sont toujours le gage d'une volonté de renouvellement dans le chef de Boilet, qui poursuit son oeuvre loin de toute sclérose.

Mais évidemment, si on préfère voir son oeuvre à travers le prisme déformant et irritant de ses positions sans concessions sur le monde de la bande dessinée...

yancomix, 24.06.2004 à 0:28161215
Je viens de vérifier…
L'histoire courte publi√©e dans le n¬į8 de Ego Comme X d√©bute par la page √† laquelle je faisais allusion, page qu'on trouve aussi dans "L'√©pinard de Yukiko" (page 87).
Cette page est une page de l'agenda o√Ļ Boilet pose quelques croquis. On y voit Yukiko √† demi-nue en train de lire. Une petite note nous apprend:
"Yukiko veut bien que je la dessine mais pas ses bleus sur les fesses".
Dans le livre, cette note ne donne pas lieu à d'autres commentaires ou explication.
Cet épisode nous est révélé dans la petite histoire publiée dans la revue:
- "J'aurai le doit de dessiner tout ça?" demande le garçon.
- "Si tu veux mais pas mes bleus sur les fesses!" répond la fille.
Coquetterie? Représenter une scène de cul serait moins gênant que de dessiner les bleus qu'elle a sur les fesses?… :)
Mais le dialogue n'est pas fini:
- "Non, je voulais dire… au Japon… est-ce que j'aurai le… droit de…" balbutie le garçon avant que les caresses ne deviennent trop fortes.
Cette histoire n'est pas dans le livre, on peut en conclure, que non, il n'a pas eu le droit de publier ça au Japon.
En France, c'est OK, Ego Comme X l'a fait! :)

yancomix, 24.06.2004 à 0:01161211
>> >>Y a t il un quelconque intérêt dans ses quelques pages?

J'en vois au moins trois:
1 - Dans le dialogue entre les deux personnages.
2 - Dans la façon dont cela est raconté, simple et lumineuse. Ou comment représenter du cul sans être ni vulgaire ni machiste.
3 - Dans l'idée de raconter une histoire qui ne se déroule que sur quelques minutes, et de réussir à créer du temps.

PS: Il me semble que cette histoire est une sc√®ne qu'on ne voit pas dans "L'√©pinard de Yukiko" mais qui appara√ģt bel et bien sur une des pages de l'agenda/carnet de croquis qui pars√®ment ce livre‚Ķ

Noir Firebird, 23.06.2004 à 23:32161210
Moi je trouve qu'avec Mariko parade, qui ext l'exact clone de l'Epinard de Yukiko, Boilet a atteint les limites de sa démarche.
J'ai lu Mariko Parade avant l'Epinard, et j'avais adoré. Mais le lecture ultérieure de l'epinard m'a clairement emmerdé parce que Boilet, dans sa volonté de restreindre la BD à ses seuls petits thèmes nombrilistes, fait de l'auto-plaggiat. Certains savent se répéter avec talent, comme Woody Allen par exemple. Ce n'est pas le cas de Boilet.
Quand on en arrive là, c'est pas bon signe.

Cela ne doit bien s√Ľr pas occulter la qualit√© de ses adaptations de Taniguchi, ni l'excellence des deux albums pr√©-cit√©s lorsqu'on les prend √† part. Simplement, la conception de la BD qu'√† Boilet a clairement atteint ses limites, du moins en tant que sc√©nariste.

daiboken, 23.06.2004 à 23:05161198
>>Y a t il un quelcoque interet dans ses quelques pages?

S'il y en a un, je ne le vois pas non plus.
Prenons garde toutefois de ne juger Boilet que sur ces quelques pages. Il a par ailleurs des albums entiers hautement estimables à son actif.

bes, 23.06.2004 à 21:22161163
>> Y a t il d'autres histoires qui nous permette d'apprecier d'autres formes de g√Ęteries ?
Ben y a bien une petite masturbation dans un numéro de Bang!...

malo, 23.06.2004 à 21:14161159
Chez un ami je suis tombé sur une histoire réalisée pour le numéro 8 d'"Ego comme x". Frederique B se fait sucer par une japonaise, certes bon d'accord, pourquoi pas. les quelques pages se resument à ce seul propos. Autant de narcissisme associé à autant de vacuité me laisse songeur. Y a t il un quelcoque interet dans ses quelques pages? essayes t il de nous faire passer sa tarte à la crème pour de la poésie ?
Y a t il d'autres histoires qui nous permette d'apprecier d'autres formes de g√Ęteries ? Insertion d'objets, triolisme, sodomie etc... sans oublier nos amis les b√™tes.

Guewan, 22.06.2004 à 22:15160909
Bon pour ceux que cela pourrait intéresser, les quatre albums dont j'ai entendu parler sont ceux de sa collection sakka, la nouvelle collection manga de casterman. Il les traduit donc pour la rentrée scolaire prochaine.

bat, 20.06.2004 à 11:29160465
>> C'était juste pour signaler (pour la frime) que je l'ai rencontré cet après midi, en compagnie de son modèle (Mariko, qui est très jolie)

et tu oublies que tu m'as vu m√īa cette apr√®s midi !!
c'est vachement plus important que ce boilet machin chose qui, en plus, est même pas fichu d'écrire correctement mon prénom... ^^
chuis déçue, vi.. =op

Guewan, 20.06.2004 à 0:07160442
Merci j'avais oublié de le signaler..

yancomix, 19.06.2004 à 23:52160439
Le site de : Frédéric Boilet…

Korben, 19.06.2004 à 23:36160436
Oui, sauf que Boilet n'a dessiné qu'une petite partie de Mariko Parade.... :-)
Mais effectivement, c'est un superbe album.

Guewan, 19.06.2004 à 23:18160434
Ben alors ? Pas de sujet sur ce monsieur ? pourtant, il me semblait qu'il y avait pas mal d'amateurs..

C'était juste pour signaler (pour la frime) que je l'ai rencontré cet après midi, en compagnie de son modèle (Mariko, qui est très jolie) à la librairie L'Arbre à Lettres (à Paris). La rentrée de septembre semble assez chargée pour lui puisque 4 albums seraient prêts à sortir (pas eu plus d'infos que ça). Quelqu'un a t il etendu parler de ça ?

Et puis j'aimerais savoir quels sont vos albums favoris.. Bizarrement, j'ai largement préféré Demi Tour et Tokyo est mon jardin, à Mariko Parade ou l'Epinard de Yukiko.
Est ce le c√īt√© plus fictionnel des deux albums qui m'a paru plus int√©ressant ? pourtant, je suis fan des histoires autobio et dites "contemplatives".
Ceci dit, au niveau graphique, je trouve que c'est Mariko Parade qui remporte la palme de ces quatres albums.

Pages : 1

retour forum

bordure
coin bordure coin